· 

Quand l'odeur de nos héros s'emmêle

Je me suis rendue compte en lisant, que l’odeur que sente les héros sont très souvent décrites par l’auteur. Elle peut être comparée, à des parfums de fleurs, à l’odeur des arbres ,des fruits, à de la nourriture ou des matières.

Renvoyant à chaque fois le personnage à du désir.

 

Tandis que de notre côté, de lecteur,  je trouve ça “magique “que la description, d’une odeur, réussisse à s'ancrer dans notre imaginaire, cela devenant presque réel, pour nous, au moment de sa lecture ou au contraire d’être dans l’incompréhension de ce mélange décrit, qui ne nous touche pas ! Le cerveau est vraiment bien fait !

 

J’ai eu envie d’en savoir plus dessus. J’ai donc fait quelques recherches, j’ai appris pleins de choses différentes, concernant notre chère muqueuses nasale. Et d’ailleurs Freud, a fait pas mal d’écrits à son sujet.

 

Dans le magazine “ psychologie” un article intitulé ; l’odorat : un sens commun à tous, mais aussi très personnel, explique que c’est ce qu'on appelle l’image mentale olfactive. Il est écrit que “L’odorat est avec le toucher le sens le plus direct et le plus sensible. Il est aussi le plus intime. Nous ressentons tous les fragrances d’un parfum de façon différente. Autant un cube rouge est facile à décrire, autant l’odeur du freesia est difficile à exprimer… Même à force de métaphores, l’exercice se révèle compliqué. Pourtant, en matière d’odeurs, nous sommes tous logés, sur un plan physiologique du moins, à la même enseigne.”

 

 

Yvette Moretti, qui travaille avec des parfumeurs, dit que "Le parfum, c’est le lien le plus fort avec l’émotion", et que "Seul le parfum est capable de nous faire voyager dans le temps, de nous rappeler les émois de nos 15 ans", on peut aussi lire que Dominique Paquet, écrivain, pense “qu'un parfum nous émeut parce qu’on l’a déjà senti. Il prend sa place dans l’univers des odeurs que l’on crée dès sa naissance. “

 

Sur le site “nos pensées”, on apprend dans un article appelé “ Les souvenirs qu’évoquent nos cinq sens; qu’une étude réalisée par la psychologue Silvia Álava nommée “Les odeurs et les émotions” a démontré que les gens se souviennent de 35 % de ce qu’ils sentent et de seulement 5 % de ce qu’ils voient. Selon l’étude, quand on sent un parfum, on enregistre cette odeur dans notre cerveau, mais on enregistre en même temps l’émotion que l’on ressent à ce moment-là.

 

J’espère que cela, vous en aura appris un peu plus. Depuis que j’ai lu ses différentes recherches, je ne lis plus de la même façon, les descriptions faites, concernant les odeurs et parfums, dans mes lectures.

 

Je trouve extraordinaire,  ce que la lecture puisse nous faire ressentir, dans toutes ses dimensions, mais particulièrement concernant les perceptions olfactives.

 

Les auteurs,  décrivent des odeurs qui sont, pourtant, une représentation personnelle et cela est un exercice difficile. Ensuite, nous, lecteurs, nous lisons cette description et on ressent ce parfum, comme si cela devenait une image en fonction de notre vécu. Ou au contraire n’ayant jamais rencontré ce parfum, nous ne l’intégrons pas dans notre imaginaire et cela nous pose alors un questionnement, et une recherche à le connaître. Cela crée un échange, réel, et peut-être personnel entre l’auteur et le lecteur.

 

Alors merci à notre corps et notre cerveau d’être aussi malin et de nous permettre de vivre différentes sensations à travers la lecture.

 

Bouquineusement vôtre ! 

 

Clari ♥

 

PS : « Feliz cumpleaños »

Écrire commentaire

Commentaires: 0