· 

Quand tu lis de la N.Romance dans les transports en commun ...

Il y a d’abord le fait que souvent les couvertures des livres sont très explicites ! On peut prendre en exemple Wallbanger de Alice Clayton, Archer's Voice de Mia Sheridan, Cocky Bastard de Penelope Ward et Vi Keeland et bien d'autres...

 

 

Donc en général j’essaie de me faire discrète. Lors de la sortie de celui-ci de mon sac,je le colle contre moi, et le fait glisser de façon parallèle à mon corps. Oui je suis souple !

 

 

 

J’ai aussi une technique de plaquage de main afin d’en couvrir un maximum.

 

 

 

Mais quand tous ces subterfuges se trouvent infructueux, j’ai le droit de la part de certains passagers- souvent masculin- à  des petits regards lubriques.

 

 

 

Lorsque ce sont des femmes, on retrouve dans leurs yeux du questionnement ! Elles se demandent si ce que je lis est bien ce qu’elles pensent… et bien oui mesdames c'est bien ça ! Du cul ! C’est ironique bien sûr ! Je préfère préciser !

 

 

 

En un clin d'œil les lectrices de ses romans d’un nouveau genre me reconnaissent, j’ai alors droit à un petit sourire en coin qui veut dire: je l’ai lu tu vas kiffer !

 

 

 

En second plan, il faut se souvenir qu’il y a du monde tout autour de nous, donc, si la couverture n’a pas été vu par la personne qui regarde par dessus mon épaule, elle en voit tout le contenu.

 

 

 

Et bien sûr ce n’est pas sans compter sur la chance du destin, qu’à ce moment précis, il y ai LA description de la scène hot du livre !! 

 

 

 

J’ai déjà eu droit à des raclements de gorge des passagers, à des rapprochements physique, avec bascule totale de la tête et légère surélévation du tronc, pour je pense avoir accès à la suite de la scène …

 

 

 

Alors j’ai trouvé une solution, j’ai acheté une liseuse, oui je sais, pour certaines je suis une traître et, je vous laisse le droit de penser ça car moi même je critiquais les utilisateurs de livres numériques.

 

 

 

Mais les personnes prenant les transports en communs me comprendront je pense !

 

 

 

Pas de couverture visible de tous, on peut orienter la tablette dans le sens opposé des regards et surtout quand ton bouquin a été fini pendant ton trajet du matin, tu as de quoi te plonger dans la suite ou de découvrir une nouvelle histoire et un nouvel auteur, sans pour autant avoir dû porter toute la journée ton sac à main, avec des kilos supplémentaires.

 

 

 

Quand on prend les transports, le moindre gramme que l’on peut épargner à notre épaule ou notre dos est le bienvenu.

J’espère que certains se reconnaîtront dans ce récit et nous ferons partager leurs histoires. 

 

 

Bouquineusement vôtre

 

 

Clari

Écrire commentaire

Commentaires: 0